Un jour dans un camp nazi

Une journée dans un camp de concentration

La vie quotidienne des déportés se déroulait toujours de la même façon.

Le réveil avait lieu à 4 heures du matin en été et à 6 heures en hiver, pour les journées les plus courtes.

Aussitôt levés, les déportés passaient aux lavabos. Torses nus, ils devaient se laver à l'eau glacée, tant qu'il y avait de l'eau.

Ils s'habillaient et recevaient un demi-litre de tisane ou d'un semblant de café, puis se rendaient, en rang par cinq, sur les plates-formes où se faisait le premier appel de la journée.

Les SS comptaient les déportés de chaque baraque et les morts de la nuit qu'ils devaient sortir avec eux pour le premier appel. Les appels se prolongeaient parfois pendant des heures ; les déportés étaient debout, par rang de taille, immobiles, en hiver dans la neige, en été sous la pluie et les orages ou le soleil brûlant.

 

L'appel terminé, les déportés devaient se rendre sur les places d'appel pour la formation des commandos de travail, puis ils étaient emmenés vers les différents lieux de travail forcé comme par exemple :

- soit dans la carrière de granit ;

- soit à l'atelier de réparations des moteurs d'avions ;

- soit dans la carrière de sable située 1 500 mètres plus haut ;

- soit à la construction de la route;

- ou encore au Kartoffel-keller ( silo à pommes de terre ) situé à 100 mètres de l'entrée du camp.

Par temps de brouillard, propice à d'éventuelles évasions, les commandos de travail ne sortaient pas.Les déportés NN.- Nacht und Nebel ( déportés " Nuit et Brouillard", c'est-à-dire voués à disparaître) et les punis restaient immobiles, en colonnes par cinq, à proximité de la porte d'entrée, parfois pendant des heures.On servait rapidement une maigre ration de soupe aux déportés, et c'était à nouveau le rassemblement.

À 18 heures avait lieu le troisième appel, dans les mêmes conditions que celui du matin, plus long encore et plus pénible. La distribution du repas du soir se faisait dans les baraques. La ration du déporté consistait en un demi-litre d'ersatz de café ou de tisane, avec environ 200 grammes de pain et quelques grammes de graisse synthétique.

Site en mode préproduction